Bestial, Anouk Shutterberg

Le livre : Bestial de Anouk Shutterberg. Paru le 12 mai 2022 chez Plon. 18€90. (428 p.) ; 23 x 14 cm

4e de couv :

« Si vous cherchez les filles, suivez les chiens. »

  1. Cinq pré-adolescentes disparaissent subitement en plein jour dans un quartier touristique de la capitale. Les « disparues du 9e ». Même profil : jolies et toutes âgées de douze ans. Malgré l’acharnement du commandant Ribault et de son équipe en charge de l’affaire, aucune piste sérieuse n’émerge. Mis à part, peut-être, ces mystérieux colis reçus par les familles des victimes dont le contenu laisse les policiers sans voix.
  2. L’affaire classée refait surface : cinq autres jeunes filles se sont volatilisées selon le même modus operandi. Le commandant Stéphane Jourdain et le capitaine Lucie Bunevial reprennent le dossier…

De découvertes macabres en découvertes macabres, parviendront-ils à retrouver leur trace ? Une enquête qui va broyer le groupe de la 1re DPJ parisienne telle une mâchoire avide d’en découdre.

L’auteur : Anouk Shutterberg est rédactrice dans le milieu de la communication d’entreprise. Elle  a travaillé dans plusieurs galeries parisiennes.
Toujours passionnée par l’art contemporain et collectionneuse à ses heures, elle suit de nombreux artistes confirmés ou en devenir.
Elle a imaginé son premier thriller, « Jeu de peaux » (2021), autour du marché de l’art sur lequel elle avait fait un mémoire de fin d’étude. « Bestial » (2022) est son second roman.
Extraits :
« Ça fait un moment que la voiture s’est arrêtée. Alors pourquoi ? Pourquoi, ils ne la sortent pas de ce coffre ? Les chiens aboient toujours comme des dingues. Mathilde tremble. Il faut qu’elle garde la tête froide. Ne pas flancher.
Soudain, elle entend des pas qui se rapprochent. Une odeur de moisi. C’est tout ce dont elle se souvient avant qu’il ne lui retire sa cagoule et qu’elle ne découvre l’Enfer. »
 
« Il paraît qu’il faut se lever, se laver, sortir du lit tous les jours, reprendre forme humaine. Avoir l’air… L’air de quoi, en fait ? Et pour quoi faire… ?
Pourtant, ce matin, elle a réussi à se lever et s’est réfugiée dans la salle de bains. Sonnée, après une nuit sans fin, elle s’est traînée. Mécaniquement. Puis, comme tous les autres jours, elle s’est saisie de son rasoir et s’est scarifiée légèrement juste au-dessus du genou. Cela passera inaperçu, au cas où, si tant est que sa détresse puisse encore émouvoir les quelques humains qui sont restés à ses côtés… Cette pensée la ferait presque sourire. »

Le post-it de Ge

Bestial,  Anouk Shutterberg

 

C’est le premier roman que je lis de Anouk Shutterberg. Pourtant j’ai son premier roman « Jeux de peau » dans ma PAL, je l’avais trouvé à la Griffe Noire et malheureusement je l’ai un peu oublié dans ma bibliothèque pourtant j’avais aimé les premières pages. Oui mais voilà, je l’ai reposé pour le reprendre plus tard et je n’en ai pas trouvé le temps.

Mais il y a quelques jours et je remercie les éditions Plon et l’autrice pour l’envoie, j’ai reçu Bestial. Aussi, aujourd’hui je vais tenter de vous dire ce que j’en ai pensé.

Mais avant cela, un petit résumé s’impose. Alors que nous raconte « Bestial » :

Une série de disparitions frappe le 9e arrondissement de Paris depuis plusieurs années.

La première c’était Fanny en 2007, puis ce fut le tour de Pénélope, Jessica, Ambre et Agnès. Treize ans plus tard, la même chose arriva à Elena, Candice, Inès, Sophia et maintenant Mathilde. Même profil : jolies et toutes âgées de 12 ans. Toutes volatilisées du jour au lendemain dans le même quartier parisien.

Les  » Disparues du 9e « , une affaire qui piétine depuis des années. Le commissaire Jourdain est persuadé d’avoir manqué quelque chose, jusqu’au jour où un inconnu lui envoie un SMS  » Suivez les chiens « , voilà le seul indice qu’il a reçu par une mystérieuse source anonyme. Quelqu’un tente de les aider, mais qui ?

  » Suivez les chiens « , met Jourdain et son équipe sur la piste d’un trafic de chiens de combat. Non, ce n’est pas possible…Les enlèvements des jeunes filles auraient un rapport avec ce trafic qui sévit sur le territoire français et au-delà des frontières et… et avec ces combats clandestins de chien.

De découvertes macabres en découvertes macabres, Jourdain et son équipe parviendront-ils à retrouver la trace des jeunes disparues ? Le temps est compté…
Quand on pense avoir découvert l’Enfer, le pire est à venir…ce qui se cache derrière l’affaire des  » Disparues du 9e  » est de l’ordre de l’innommable, de l’insoutenable.

Oui je sais ce que vous allez me dire : « encore un livre qui parle d’enlèvements d’enfants, Ge tu nous as déjà fait le coup avec « Inconditionnelles » de Marlène Charine et plus récemment avec « Nos âmes au Diable » des Camhug. »

Oui je sais, mais justement ces trois polars sont trois livres bien différents et chacun d’eux sont tellement particuliers, ils n’abordent pas le sujet sous le même angle, et c’est ça qui est génial. Tous ont une construction et une structure dissemblables. Et c’est justement ce que j’aime dans le polar, dans ces polars c’est leur dissemblance ; leur hétérogénéité, leur disparité. La pluralité des points de vue.

Et ici, Anouk Shutterberg, n’y va pas par quatre chemins, elle frappe fort !  Son imaginaire, comme celui de ses pairs, est noir, c’est certain. Il explore lui aussi la nature humaine dans ce qu’elle a de plus sombre, de plus crasse. Notre auteure n’a pas peur de donner vie à nos pires cauchemars. Et elle le fait bien, on peut dire que son scénario fonctionne vraiment car on entre dans ce livre et on n’en ressort d’une fois la dernière page tournée.

Ici on va suivre l’enquête pas à pas mais on remonte aussi dans le passé des protagonistes, on fait des allers et retours dans le temps mais aussi dans l’espace. Si l’intrigue se passe essentiellement en France, elle nous entraine ailleurs dans d’autres confins européen. On va même aller faire un tour plutôt rapide dans le Dark Net ou plus exactement dans le Dark web, du côté illégal et souterrain du web.

Là où peut-être j’ai moins accroché c’est sans doute à l’écriture. Car si elle est fluide, pour moi elle est moins envoutante que celles de Marlène Charine ou des Camhug. Son style est plus direct peut-être plus rectiligne sans doute et il ne m’a pas permis de m’immerger totalement dans les personnages pourtant vachement bien campés. Je n’ai pas été en empathie avec eux.

 Attention ici l’intrigue est percutante, elle nous emmène vers l’insupportable. La lecture est anxiogène, l’atmosphère angoissante, certaines scènes sont flippantes voire glauques mais moi je suis restée de marbre, j’étais scotchée à l’histoire mais je n’arrivais pas à ressentir celle-ci. J’étais en manque d’émotions. Et pourtant je lisais en apnée. Je voulais absolument connaître le fin mot de l’histoire. Et je n’ai pas été déçu, le final est à la hauteur de mes attentes.  Un vrai paradoxe pour moi que ce polar, mon esprit et mon cœur totalement dissocié. C’est peut-être ça la force de ce roman. Et croyais moi c’est un très bon roman que je vous recommande. D’ailleurs, de mon coté je vais aller remonter « Jeux de peau » sur le dessus de ma PAL.

 

Autre extrait :
Dans cette famille laminée, le compte rendu est clair : une mère seule et malade de vivre, un fils laissé-pour-compte et un mari qui a pris ses jambes à son cou, laissant le malheur loin derrière lui.
Voilà le champ des morts qu’a laissé derrière elle Agnès, leur fille aînée, après sa disparition le 14 juillet 2007.
C’était il y a dix ans. Agnès avait douze ans. Des années d’errance et de chagrin. Pourtant, cette virée familiale s’annonçait radieuse et festive au cœur de la capitale en ce début de grandes vacances scolaires. Un week-end qui avait finalement basculé dans l’horreur.

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) ;  

Le Challenge « Le tour du monde en 80 livres » chez Bidb (France).

et le challenge Les dames en noir chez Zofia

7 réflexions sur “Bestial, Anouk Shutterberg

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s