Abîmes, Sonja Delzongle

Le livre : Abîmes de Sonja Delzongle. Paru le 9 février 2022 chez Denoël dans la collection Sueurs froides. 19€90. (444 p.) ; 23 x 16 cm

4e de couv : 

Thriller addictif et glaçant, le nouveau Sonja Delzongle n’a pas fini de hanter vos nuits.

Janvier 1999. Viktor Mendi, un homme d’affaires, et son épouse s’écrasent avec leur avion de tourisme dans le massif pyrénéen du Mont-Perdu, à la frontière franco-espagnole.

Vingt-quatre ans plus tard, leur fils, Antoine, arrive dans la région. Auparavant en fonction chez les chasseurs alpins, il vient d’obtenir sa mutation dans la gendarmerie du village natal de son père.

Très vite, sa supérieure, la redoutable capitaine Elda Flores, comprend que sa nouvelle recrue lui cache quelque chose. Quel secret obsède Antoine ? D’où lui vient cette défiance envers les habitants du village ? Quels liens entretient-il avec la communauté qui vit en autarcie dans la forêt voisine, et notamment avec la mystérieuse Miren ?

Lorsqu’un berger découvre dans son pré sept bonhommes de neige disposés autour du message « Ont vous auras », tracé dans la poudreuse, le village est saisi d’effroi.

L’auteure : Née en 1967 d’un père français et d’une mère serbe, Sonja Delzongle a grandi riche de deux cultures. Diplômée de l’école des Beaux-Arts de Dijon, elle expose pendant une quinzaine d’années puis devient journaliste en presse écrite à Lyon, où elle vit toujours. Elle se consacre aujourd’hui exclusivement à l’écriture de ses thrillers dont le succès a fait d’elle « l’étoile noire du polar français ».

Extraits :
« — Non, Viktor, faisons ce qu’on a prévu. Allons jusqu’au bout, cette fois. Ensemble.
— Alors trinquons à nous, répondit-il en sortant de sa sacoche camouflée sous son siège une bouteille de Dom Perignon, millésime 1977, et deux flûtes en cristal.
— Notre année de mariage…, souffla-t-elle.
Elle aurait voulu sourire mais ne donna à voir qu’une grimace.
Le champagne bruissa dans les flûtes, avant de déborder dans un jet mousseux.
— À nous, alors.
— À nous, murmura-t-elle dans un hochement de tête.
— Et pardon, Dolores, du fond du cœur, pardon.
Il avala une première gorgée, puis une deuxième en fermant les yeux, sa main sur celle de sa femme, puis coupa le moteur.
— Je ne regrette rien, tu sais, Viktor.
Ce fut leur dernier mensonge avant que le Beechcraft ne piquât du nez aux alentours de 8 h 30, les précipitant vers le massif éclatant de blancheur et vers la mort que, ensemble, ils avaient choisie.»
« Après une année d’absence, elle était enfin revenue, se nichant partout dans la vallée de ces Hautes-Pyrénées. La neige. Lourde, compacte, dense, de la belle poudreuse. Sans raquettes, on s’y enfonçait jusqu’aux genoux et par endroits jusqu’aux cuisses. Elle était tombée quatre jours et autant de nuits sans s’interrompre. Durant ces heures infernales, on n’y voyait rien à deux mètres. Personne ne sortait, à part quelques fantômes. Quiconque s’y serait risqué aurait vu sa propre silhouette s’effacer peu à peu, prise dans les tourbillons blancs, avant de disparaître. »
«Tout comme les membres de sa communauté, que Ceux d’en haut appelaient Ceux de la forêt, l’Espada connaissait chaque arbre des bois où ils vivaient. Elle avait appris à Noah comment ceux qu’elle qualifiait de rois et de princes couronnés grandissaient. Comment ils s’entraidaient, se protégeaient les uns les autres, communiquaient par un frémissement de feuille ou de sève, un craquement de leur peau en écailles sombres. Elle lui avait parlé du rôle de sentinelle qu’avaient les champignons qui poussaient à leurs pieds. Car, dans la nature, tout était parfaitement organisé et se tenait. Les minuscules maillons d’une immense chaîne. Si l’un d’eux venait à défaillir ou à manquer, ce serait le chaos.»

Le post-it de Ge

Abîmes, Sonja Delzongle

Tout d’abord je voudrais demander pardon à l’autrice d’avoir tarder à la lire et encore plus tarder à faire ma petite chronique. Et oui la vie de bibliothécaire est parfois compliquée.

Je voudrais aussi la remercier d’être allez au bout de l’expérience thriller. En effet jusqu’à présent Sonja nous avait offert des thrillers très psychologiques et parfaitement maitrisés, ici elle laisse libre court à l’action, aux rebondissements à répétition et elle nous entraine avec elle dans cette histoire invraisemblable qu’il est impossible à lâcher une fois que l’on a mis le nez dedans.

Il faut dire que Sonja a su soigner son ambiance, là on la reconnait bien. Elle nous glace les sangs dès les premières pages.

Mais alors que nous raconte cet « Abîme »

En décembre 1999, Viktor et Dolorès Mendi meurent dans un crash d’avion dans le massif pyrénéen du Mont-Perdu. Vingt-quatre ans plus tard, un berger découvre un cercle de bonhommes de neige accompagnés d’un message malveillant tandis qu’Antoine Mendi, muté dans la région, enquête sur la mort de ses parents.

Je vous le disais, notre auteur a particulièrement mis l’accent sur l’atmosphère qui se dégage de son intrigue.

Alors, bienvenue au mont-Perdu, là où les secrets ont le pouvoir de tuer.

D’abord  il y a ce crash mais aussi la montagne, le froid, la neige. Et puis les personnages, leurs faux-semblants. Et la mystérieuse communauté, qui vit au milieu de la forêt en totale autarcie. Tous ont des secrets à cacher, des secrets sans doute trop lourds pour eux. Aucun personnage n’est épargné, tous parfaitement campés.

Ensuite, on constate la surenchère de péripéties. On est pris dans un tourbillon de cahots, d’aventures, de précipices…Tout va très vite, les chapitres s’enchainent, certains très courts qui nous laisse pantelant. On est parfois proche de l’ivresse.

C’est sûr, cette fois l’auteure s’est fait plaisir on nous offrant un page purner survitaniné, un pur thriller hautement addictif.

Et nous, on n’en redemande. Car décidément Sonja Delzongle a décidé de nous surprendre et de se réinventer avec chacun de ses nouveaux titres.

Une chose ne change pas, la nature et l’écologie sans toujours là sous-jacentes derrière l’histoire

Bravo, Madame, le contrat est merveilleusement rempli !

Challenge Thrillers et Polars de Sharon (du 12 Juillet 2021 au 11 Juillet 2022) ;  

Le Challenge « Le tour du monde en 80 livres » chez Bidb (France).

et le challenge Les dames en noir chez Zofia

11 réflexions sur “Abîmes, Sonja Delzongle

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s