59, passage Sainte-Anne, Frédérique Volot

Les livres oubliés de Ge

Des bouquins que j’ai achetés puis oubliés, bien cachés au fond de mes bibliothèques et que je retrouve au grés de mes rangements…


Le livre : 59, passage Sainte-Anne de Frédérique Volot. Paru le 9 octobre 2014 aux Presse de la Cité dans la collection Romans Terres de France. 21€50. (336 p.) ; 23 x 14 cm

4e de couv : 

Dans le Paris haussmannien, Achille Bonnefond, spécialiste des affaires criminelles, mène une enquête périlleuse autour des milieux spirites. De quoi perdre la raison pour le brillant détective…
Le suicide de la comédienne Mimi Pattes-Maigres qui, finalement, n’en serait pas un, l’étrange message dans la doublure de sa robe, le cadavre mutilé d’un précieux informateur retrouvé dans une église… Rien qui puisse impressionner Achille Bonnefond considéré, à juste titre, comme le meilleur spécialiste des affaires criminelles de la capitale. Mais, pour les besoins de son enquête, le détective va devoir s’initier auprès d’Allan Kardec au secret des pratiques spirites très en vogue dans les beaux quartiers du Paris haussmannien.
Un jeu dangereux qui pourrait lui être fatal s’il commet la moindre imprudence car, parfois redoutables… les esprits veillent !

 

L’auteur : Née à Vittel, en Lorraine en 1966 Frédérique Volot fait des études de droit international et d’économie internationale à Paris.
Après plusieurs années passées à travailler pour le cabinet du sénateur-maire de Metz, elle entame une carrière d’écrivain public en 2005.
Passionnée d’écriture, elle collabore avec plusieurs maisons d’édition ; elle rédige les mémoires de particuliers, d’entreprises ou d’associations, et écrit des contes pour enfants.
Elle a également publié, en 2009 et 2011, Les Grandes Affaires criminelles de Meurthe-et-Moselle et Les Mystères de Meurthe-et-Moselle, ainsi qu’un recueil de nouvelles insolites et décapantes, intitulé Rue Maison-Dieu, remarqué par la presse et lu public. Enfin, elle a publié plusieurs romans comme Pour l’honneur de Blanche, ou La Vierge-Folle, qui nous plonge dans le Paris de la fin du règle de Napoléon III, le temps d’une enquête. Elle a publié en 2018, Tueuses en série les portrait d’une vingtaine de tueuses en série à travers le monde.

 

Extraits :
« Achille éprouva une joie réelle à la vue de son ami Baise-la-Mort. Zina avait dit vrai. L’ancien chiffonnier, jusqu’alors maigre comme un clou, émacié, les cheveux filasse, semblait avoir été touché par la grâce. Il s’était remplumé, ses joues s’étaient remplies, son fond de culotte ne sonnait plus en mort. Surtout, il était…propre, des pieds à la tête, bien coiffé, bien rasé ! »
« La foi aveugle n’est plus de ce siècle; or, c’est précisément le dogme de la foi aveugle qui fait aujourd’hui le plus grand nombre d’incrédules, parce qu’elle veut s’imposer et qu’elle exige l’addition d’une des plus précieuses facultés de l’homme: le raisonnement et le libre arbitre »
« Il désespérait de trouver son bonheur quand il sentit un bruit de papier froissé dans la doublure d’une des robes de ville. Il sortit son canif, tailla dans le tissu, délogea une lettre pliée en quatre.
« Reste loin de celui qui est capable de tuer, et tu ne craindras pas de mourir. Si tu t’approches de lui, évite de le heurter, car il pourrait t’ôter la vie : tu sais que tu t’avances au milieu de pièges, que tu marches sur le haut d’un mur. » »

Le post-it de Ge

59, passage Sainte-Anne, Frédérique Volot

A Paris, en 1861, la comédienne Mimi Pattes-Maigres est décédée. Son cadavre est retrouvé en plein milieu d’une église. Un extrait de la Bible retrouvé dans la doublure d’une robe de la défunte oriente l’enquêteur Achille Bonnefond vers la Société parisienne des études spirites, menée par Allan Kardec.

On retrouve, Achille Bonnefond, déjà rencontré lors de sa précédente et première aventure, La Vierge-Folle.

Le voici donc de retour avec ses amis, Baise-la-Mort, Félix et Tamara sa servante C’est un voyage dans le passé doublé d’une très intéressante étude sociologique qui nous est offert grâce à cette enquête.

Outre l’intrigue criminelle, c’est une belle reconstitution de la capitale sous le Second Empire que nous présente l’auteure. Grâce à un formidable travail de documentation, de recherche historique et linguistique, Frédérique Volot permet au lecteur de se projeter aisément dans le Paris de l’époque.

Les scènes sont visuelles On s’y croirait !

Et puis elle y ajoute une part de mystère puisque nous allons croiser Allan Kardec en personne et on enquête autour des milieux spirites. En effet, à cette époque, dans les beaux quartiers, les méthodes d’Allan Kardec pour communiquer avec l’au-delà font des émules.

Vous l’aurez compris, Frédérique Volot nous offre là un très très bon, pour ne pas dire un excellent polar historique. Dommage qu’il ne soit pas sorti en poche mais on peut le trouver en numérique. Aussi si vous avez la chance de tomber dessus en occasion ou en bibliothèque, ne bouder pas votre plaisir, lisez 59, passage Sainte-Anne et aussi  La vierge-folle dont je garde un excellent souvenir alors que je l’ai lu il y a presque 10 ans. Enfin…Bref lisez Frédérique Volot !

Ce titre a été lu pour ces 4 défis :

– Challenge Juillet Sororité de Stelphique

– Challenge Thriller et polar 2022- 2023 chez Sharon

 – Challenge Les Dames en Noir 2022 chez Zofia

 –  Challenge « Le tour du monde en 80 livres » chez Bidb (France).

 

6 réflexions sur “59, passage Sainte-Anne, Frédérique Volot

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s