Du crépitement sous les néons, Rémy Lasource

Le livre : Du crépitement sous les néons de Rémy Lasource. Paru le 4 avril 2017 réédité le 7 avril 2020 chez les Edition Ex Aequo dans la collection Rouge. 10€. (88 p.) ; 22 x 14 cm

4e de couv :

Rêver à la tour Eiffel pour ne pas oublier sa promesse de quitter la banlieue. Comme dans un conte de fée… mais cette fois, le prince charmant est un délinquant, et sa princesse, une prostituée qu’il arrache à son réseau.

Alors, ils vont fuir pour leur salut, partir pour trouver un ailleurs ; s’installer dans un monde en paix où vivre cachés et se faire oublier. Comme dans un conte de fée… Mais naître à la liberté a un prix.

Comment deux adolescents courent pour leur indépendance, avec la violence comme moyen d’émancipation, pour briser leurs déterminismes sociaux et leurs mauvais choix.

Mais une nuit, alors qu’on entend crépiter les néons, il faut pouvoir en payer le prix.

Comme dans un conte de fée, oui, mais alors, dans un univers sombre, et qui se lit comme on boit un alcool fort.

 

L’auteur :  Né en 1974 et après avoir fait des études de droit, Rémy Lasource est devenu fonctionnaire. Fonctionnaire de police. Il a travaillé quelques années en banlieue nord de Paris au contact des policiers et des magistrats. Commandant de police, Rémy Lasource partage son univers littéraire entre le fantastique et le thriller. Il vit aujourd’hui en limousin. Rémy Lasource est un pseudonyme, enfin je suppose.
Du crépitement sous les néons est son second roman chez Ex Aequo après avoir publié début 2017 « Des veines dans le granite, tome 1 du cycle de Clément » un thriller fantastique.

 

Extrait :
« Quand t’es immigré dans la cité tu peux vraiment te la jouer « moi j’ai des origines, une culture authentique », et pas cette ville de merde pour racines, faut comprendre. Quand t’es blanc, tu n’ais pas dans la cité ou alors c’est que t’es un looser, un pur beauf, quand t’es immigré t’avais pas le choix à l’époque puisqu’on les mettait dans des ghettos, c’est pas ta faute quand t’es black ou beur, c’est que t’es discriminé.
Alors, un mec blanc comme moi ça doit être à la hauteur. Et puis avec les emmerdes de ma mère et mes vols à la portière je me suis taillé une réput’ de bandit solitaire, et ça me vaut du respect. C’est tout ce que je veux. N’empêche que j’aurais préféré naître black. »

Le post-it de Ge

Du crépitement sous les néons, Rémy Lasource

Rémy Lasource vous connaissez ?  Moi non !  C’est une de mes lectrices qui m’a parlé de lui. Pourtant Rémy Lasource a écrit une quinzaine d’ouvrages dont le polar « Du crépitement sous les néons ». Et c’est ce polar qui a tout déclencher :

Ma lectrice :

– Vous n’avez pas de polar de Rémy Lasource

Moi :

– heu non, je ne crois pas

– Vous voulez bien regarder s’il vous plait

– Oui je veux bien, mais j’en suis quasi certaine, je ne connais même pas le nom de cet auteur.

– Oh mais c’est dommage, vos collègues m’en envoyée vers vous, il m’en dit qu’ici c’est vous la spécialiste du polar.

– Heu spécialiste c’est un bien grand mot, mais oui je m’occupe du rayon polar.

– Alors, il faut que je vous parle de ce roman.

Et là la lectrice me sort Du crépitement sous les néons. Et je découvre pour la première fois le nom de Remy Lasource.

– Heu plutôt que de m’en parler, vous seriez d’accord pour me le prêter pour que je le lise. Et promis j’en prends bien soin.

Et contre toute attente, ma lectrice m’a passé son livre. Et pour lui montre ma bonne foi, je lui ai prêter un des miens, pas un de la bibliothèque, non, un à mi personnellement !

Et c’est comme cela que je me suis lancé dans Du crépitement sous les néons. 

Mais alors que raconte ce premier roman que je lis de cet auteur et qui est en réalité son second roman :

Deux adolescents, un délinquant et une prostituée arrachée à son réseau, tentent de fuir pour trouver un monde en paix où vivre cachés et se faire oublier. Mais la liberté a un prix.

 

Nous voilà embarqué dans un road-movie où on va suivre Yann et Dara. Yann est ce que l’on pourrait nommer un jeune apprenti voyou même si lui se rêve caïd. Un jour il tombe sur Dara et la jeune fille black l’hypnotise. C’est le coup de foudre, oui mais voilà, Dara est prostituée et elle appartient à un réseau qui n’a pas pour habitude de plaisanter. Aussi difficile pour elle de s’émanciper. Les mecs qui l’ont pris sous leurs coupes ne sont pas des tendres. Pas question qu’une « pute » leur échappe. Dara est à eux et à personne d’autre. Non la jeune femme ne s’appartient pas, ne s’appartient plus !

Mais Yann est fou amoureux, et il veut partir avec Dara, la tirer des pattes de ses souteneurs.

Il voudrait vivre son amour en plein jour même s’il est conscient que ce sera impossible tout au plus pourront-il vivre cachés pour vivre heureux.

Alors à force de persuasions, il arrive à convaincre Dara qui fait tomber ses réticences, ses résistances et ses préjugés.

Ainsi nos tourtereaux vont se lancer dans un road trip de dingue. Car vous vous en doutez, leur émancipation n’est pas du goût de tout le monde et encore moins des sales types qui ont mis sur le trottoir la belle Dara.

Et moi j’ai foncé tête baissée dans cette histoire d’amour impossible.

J’ai lu cette Novella d’une traite.

Il faut dire que l’écriture à la fois fluide et poétique de notre auteur nous permet une immersion totale dans son court roman très réaliste. Et entre romance, cavale et violence, on n’a pas le temps de s’ennuyer. C’est comme dire, noir, palpitant avec quelques raies de lumière parfois. C’est plutôt cinématographique aussi, émouvant comme un soleil déclinant. Bref une bien belle surprise.

Aussi je remercie ma lectrice pour la découverte. Et c’est certain, je me repencherai sur d’autres polars de notre auteur.

J’ai lu ce livre aussi pour ces 3 défis :

8 réflexions sur “Du crépitement sous les néons, Rémy Lasource

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s