La GAV : Céline Denjean sous le feu des flingueuses, dernière audition 4/4

La GAV : Céline Denjean sous le feu des flingueuses, quatrième audition. 4/4

Fin de la Garde à vue de Madame

Céline Denjean

Dernier interrogatoire par Fanny Haquette

 

 

La GAV, Garde à vue d’un auteur par Collectif polar c’est : 4 interviews d’un même auteur par 4 flingueuses différentes.

La GAV c’est des interviews en direct, du vrai live, en conditions réelles.

Durant 2 jours nous kidnappons en quelques sorte un auteur de polar.

Nous lui demandons de nous consacrer au minimum 4h de son temps sur les deux jours que dure la Garde à Vue.

Allez, place à la GAV de  Céline Denjean sous le feu des questions de Fanny H

Fanny : Que la prévenue se prépare, dans 5mn c’est le dernier interrogatoire, ou pas !

Céline : je suis prête !

Fanny : Parfait ! Désolée, le café est tiède mais ce n’est pas un palace ici !
Commençons…

Céline : je vois ça …

Fanny : Nous parlerons de tes projets à mi-parcours de l’interrogatoire. Pour l’instant, je veux tout savoir sur Matrices que j’ai beaucoup apprécié.

Céline : que veux-tu savoir exactement ?

Fanny : je souhaiterai savoir pourquoi ce sujet en particulier ? Ces femmes utilisées.

Céline : j’ai visionné un reportage sur les fermes à bébés et je me suis alors interrogée sur le désir de parentalité, si fort chez certains couples. Et je me suis demandé comment ce désir pouvait être exploité aujourd’hui au regard des progrès de la science.

Fanny : Un reportage au Niger ?

Céline : Nigéria… j’ai alors imaginé cette espèce de trafic de mères porteuses. Après tout, vu les progrès de la science… et sachant que la législation est différente d’un pays à l’autre

Fanny : Bien sûr un trafic tout à fait possible

Céline : on peut imaginer que des trafiquants se saisissent de cette brèche

Fanny : Vu qu’un réseau a déjà été démantelé entre le Nigéria et la France au niveau de la prostitution…

Céline : il y en a des dizaines. Le Nigéria est extrêmement connu pour l’exploitation d’êtres humains

Fanny : Tes recherches ont dû être pesantes ?

Céline : J’ai entendu des témoignages très perturbants

Fanny : Au niveau psychologique tu veux dire

Céline : notamment sur les fermes à bébés, c’est absolument abject. J’ai aussi lu beaucoup de docs sur la prostitution

Fanny : Je me doute, c’est ce que je me suis dit en lisant. As-tu mis un peu de temps avant de t’en remettre ? Ou es-tu passée à autre chose rapidement.

Céline : je parviens tout de même à mettre un peu à distance les réalités que j’effleure, sinon, je ne pourrais pas me remettre de tout ça. Disons que ça alimente mon regard critique sur les inégalités, le monde, l’être humain… sur le pouvoir de l’argent

Fanny : C’est ton côté rebelle qui ressort ?

Céline : pourquoi rebelle ? Est-ce que le fait d’être choquée par des choses choquantes fait de quelqu’un un rebelle ?

Fanny : Dans le sens « Je dénonce » car j’ai trouvé Matrices très humain, très engagé

Céline : le regard critique est absolument nécessaire, je ne sais si Matrices est engagé…C’est un livre peignant des personnages dans toutes leurs nuances. C’est peut-être cela qui donne une dimension humaine ? En tout cas, j’ai essayé de mettre en perspective le parcours de certaines femmes victimes et de certains couples. Des couples également victimes de leur désir de parentalité, et de l’attente familiale.
Ke fils Temperville, au final, n’est qu’un type ordinaire qui ne peut pas décevoir son père.

Fanny : Oui tout à fait. Schéma classique dans ce type de famille

Céline : oui et j’ai fait le choix du catho tradi car c’est dans ce genre d’environnement que les attentes sont les plus formatées

Fanny : As-tu fait des recherches également sur l’ADN ?

Céline : oui, j’ai fait des recherches sur les progrès de la science, sur les mères porteuses, sur la PMA. En plus, n’ayant pas d’enfant, j’avais des choses à découvrir !

Fanny : As-tu approché des associations ?

Céline : non, je n’en ai pas eu besoin, mais je l’aurais fait si j’en avais eu besoin. Je connaissais cependant des femmes qui avaient dû recourir aux FIV et je sais que le parcours est hyper éprouvant

Fanny : As-tu approché quelqu’un d’autre pour Matrices ?

Céline : non, pourquoi ?

Fanny : Un médecin ou autre je voulais dire

Céline : non, j’ai trouvé les réponses dont j’avais besoin en ligne et puis il existe plein de sites dédiés aux établissement PMA

Fanny : Donc tu reconnais n’agir que seule et pas de complice pour ton dernier ouvrage ?

Céline : pas de complice, non, pour mon dernier ouvrage, mais des infos, des rapports, des reportages, des lectures d’articles qui sont autant de « complices »

Fanny : Parfait, donc toutes les charges seront retenues contre toi. Une overdose de renseignements en somme.

Céline : une overdose, non ! mais des prérequis nécessaires pour quelques lignes dans le bouquin, tu passes des tonnes de docs en revue

Fanny : As-tu des sites privilégiés ou tes recherches se font-elles au hasard du moteur ?

Céline : non, pas vraiment, mais je sais que la revue Cairn est très sérieuse, par exemple. Ils mettent beaucoup d’articles en ligne

Fanny : Je note que cela fait partie de ton réseau !!

Céline : souvent, en recherchant des trucs précis (sur la sociologie, la psychiatrie, la psychosociologie…), je me retrouve sur leur site

Fanny : Tu nous parles également de confrérie, est-ce sujet qui t’intéresse également ?

Céline : j’ai toujours été fascinée par l’embrigadement religieux. C’est quelque chose qui me questionne profondément. Je l’aborde dans la fille de kali, dans le cheptel, et dans Matrices même si ce n’est pas au cœur du sujet.

Fanny : Et envisages-tu de rentrer un peu plus dans ce milieu pour un prochain livre ?

Céline : pourquoi pas, on verra. Lourdes pourrait faire une belle toile de fond. C’est pas loin de chez moi !

Fanny : Info intéressante !

Céline : mais je n’ai encore aucun début de scénario, donc s’il le faut ce sera pour dans des années

Fanny : Mais l’idée se trouve quelque part en toi.

Céline : c’est juste un lieu qui se prêterait bien à un certain type d’intrigue. Après, certaines idées sommeillent… et ne se réveillent jamais !  Faut dire qu’écrire sur le sujet alors que Umberto Eco a écrit le nom de la rose… franchement, faut avoir les reins solides. Les lieux sont juste un décor et une ambiance pour moi. Si une intrigue devait se dérouler sur Lourdes, elle porterait nécessairement sur une question religieuse.

Fanny : Justement sur quels lieux as-tu envie d’écrire prochainement ? Un bois, un monument, …Un site archéo ?

Céline : ils ne m’inspirent pas un scénario. C’est le sujet qui peut m’inspirer un scénario.

Fanny : Comment fais-tu le choix d’un sujet justement, pourquoi celui-là plutôt qu’un autre ?

Céline : Le sujet… vaste sujet ! C’est quelque chose qui m’accroche suffisamment pour que ça me reste en tête et qui me titille. Il y a plein de sujets possibles qui ne m’accrochent pas assez. Je ne sais pas ce qui fait qu’un sujet m’accroche ou pas !

Fanny : En parles-tu autour de toi ? Demandes-tu un avis ? Ou décides-tu seule ?

Céline : non, c’est en moi, tant que je ne sais pas vraiment. Quand j’en parle, c’est que j’ai déjà choisi. Et parfois, j’ai choisi, mais l’intrigue ne vient pas… alors, je mets de côté

Fanny : L’avis de tes proches est-il important au cours de ton écriture ?

Céline : non. Je les consulte juste quand je suis dans une impasse. Leur parler me permet de me sortir des impasses. C’est vraiment un travail de soi à soi, pour moi, en tout cas. Mon conjoint est parfois mis à contribution… je fais comme un brainstorming avec lui : ça me permet de mettre mes idées plus au clair

Fanny : C’est sympa c’est sûr, donc tu avoues, tu as un complice !  Comment mets-tu une idée de côté ? En la notant quelque part ?

Céline : non, pas besoin, si une idée est bonne, elle revient. Lorsque je note, je n’ouvre plus le carnet. Des fois je retombe sur des notes, je me dis : ah oui, tu avais envisagé ça … Mais vu que ce n’est pas revenu dans ma tête, c’est mort

Fanny : Revenons à tes projets, que prévois-tu dans les mois à venir ? Salons, dédicaces ?

Céline : oui, les affaires reprennent sur les chapeaux de roue. Beaucoup de salons jusque début juillet, pas un week-end de libre. Pour être honnête, ça me fatigue un peu… c’est un plaisir mais c’est aussi chronophage. Il faut trouver un équilibre entre le travail et la représentation : je ne crois pas y être encore arrivée. Sans compter que nous sommes aussi sollicités pour des live, ITW… autant de choses qui se rajoutent… c’est chouette mais il faut jongler et ne pas se laisser déborder …si on n’écrit plus !

Fanny : Surtout que tu voyages jusqu’en Belgique pour cela !

Céline : s’il n’y avait que la Belgique !

Fanny : Quels sont les autres pays ?

Céline : en fait, chaque salon implique des déplacements…France exclusivement… mais c’est déjà assez lourd. Si je devais passer à l’international, il faudrait vraiment que je limite mon agenda !

Fanny : Regarde, nous avons une belle preuve :

Fanny : Et oui, tu es suivie partout ! Nous te filons depuis un moment !!

Céline : oui… et cette année, je serai marraine à Bruxelles ! Bel hommage. Les organisateurs sont hyper sympas, et le salon est très chouette

Fanny : En effet, mais désolée, ce sera seulement si tu es libérée !!

Céline : mdr

Fanny : Belle brochette de prévenus !

Céline : Je le serai ! au pire je m’évade

Fanny : Ben voyons ! Pour revenir aux dédicaces … As-tu des endroits où tu as désormais l’habitude de te rendre comme une librairie ou autre ?

Céline : la librairie de ma cousine. Petite librairie du 65. Sinon, oui, il y a des salons où j’ai mes marques. Bruxelles, Brive en font partie

Fanny : Comment s’appelle cette librairie ?

Céline : la litote, à Vic-en-Bigorre.

Fanny : Donc encore une complice très proche également !!! Délit d’initié !!!! Elle doit détenir des informations confidentielles !

Céline : elle a ouvert la librairie sur le tard dans sa vie … reconversion, et a renoué avec la profession de mes grands-parents. C’est chouette ! Je suis très fière d’elle !!!

Fanny : Je me doute, comme elle doit l’être de toi !

Céline : je suppose, on est pudiques, on n’aborde pas ces questions !

Fanny : Mais là tu l’as fait  et ça aussi c’est chouette ! Merci 

Céline : pas le choix. Je suis en GAV

Fanny : Evidemment ! Donc c’est bien une bande organisée à qui nous avons affaire là ! Dans tes projets d’écriture, as-tu envie de te diriger vers autre chose que le noir ?

Céline : je pense écrire un petit thriller d’anticipation pour la jeunesse, mais sinon, non, le noir me va bien.

Geneviève : Je trouve aussi

Fanny : Intéressant. Et pourquoi pour la jeunesse en particulier ?

Céline : Parce que je veux l’offrir à mes neveux et nièces : ils en seront les héros, et parce que j’aime cet univers young adult.

Céline : …la littérature de l’imaginaire !

Fanny : Super idée ! Encore des complices ! C’est une véritable mafia !!!! C’est un projet pour 2023 ?

Céline : [mes neveux …]  J’espère qu’ils le liront. On verra si je trouve un éditeur

Fanny : Je l’espère aussi !

Céline : je voudrais l’écrire cet été, j’ai ma trame et l’univers, il y aurait deux tomes

Fanny : Dans quels prochains salons allons-nous te retrouver ?

Céline : Nîmes, Carbonne, Saint Maur, Castelmaurou, Agen, Encausse-les-Thermes, Libourne…et à la rentrée : Cognac, Bruxelles, Seysses…

Fanny : Qu’envisages-tu comme pause après tout cela niveau vacances ?

Céline : pas de vacances, les vacances c’est fait pour écrire ou alors, faut que j’arrête les salons … d’ailleurs, pourquoi pas…en tout cas, les limiter sérieusement

Fanny : Non non, sinon tu n’es pas libérée !!!

Céline : ben, en vrai… la question se pose parfois

Geneviève : Ah non et ne zappe pas SMEP….

Céline : Bien sûr que non

Fanny : Ni le nord !!!!

Céline : mais je devrais peut-être élaguer et abandonner les petits salons… parce que je cours trop.
Je serai à Raimbeaucourt normalement en 2023

Dany : 2022 pour moi ça fera 6 bises à l’auteure

Céline : 2022 !!! j’ai pas tout écrit Danièle ! Il y aura peut-être Vienne aussi

Fanny : Qu’y-a-t-il dans ta valise pour t’accompagner lors de tes salons ? Un porte-bonheur ? Un thé ? Un livre fétiche ?

Céline : un conjoint ! C’est assez encombrant !

Fanny : Dans la valise !!!!

Céline : il fait partie de mes déplacements !!!: donc je ne prends que le strict nécessaire  Je n’ai pas de truc fétiche.

Dany : ça porte malheur ….

Céline : tout à fait

Fanny : Nécessaire ? je note également le nom de ce complice !
Un rituel d’écriture alors ?

Céline : tôt le matin, sans bruit, avec du café, beaucoup de café

Fanny : Voilà une partie du secret donc !

Céline : le café ??? oui il stimule mes neurones

Fanny : Oui !

Céline : je ne peux pas écrire sans

Fanny : Du café bien noir pour écrire du noir ?

Céline : c’est ça !

Fanny : Ce matin tu souhaitais nous poser une question ? Let’s go ! Juste une, n’inversons pas les rôles !!

Céline : qu’est-ce qui vous motive dans votre démarche vis à vis des auteurs ?

Geneviève : La question qui tue !

Céline : vous y passez beaucoup de temps… un peu de sous aussi, d’où ma curiosité

Geneviève : Qui répond la première ?

Fanny : Des sous ? si peu ! lol

Céline : ben, pour une fois que vous êtes de l’autre côté de l’écran !!! Pas facile de passer à la moulinette, hein ?

Fanny : Perso, échanger rend vraiment vivant l’auteur.

Céline : c’est un plus pour lire ?

Fanny : On imagine toujours les personnages mais moins leur auteur. Parfois rencontrer un auteur peut nous donner envie de le lire.

Céline : mais le fait que l’auteur soit « vivant » à tes yeux, ça t’apporte quoi ?

Fanny : Donc oui pour moi c’est un plus

Geneviève : Moi j’ai pas le choix, c’est mon job

Céline : mais un auteur que tu lis déjà… ça t’apporte quoi de plus ?

Fanny : Cela m’apporte de rentrer dans sa tête, de comprendre pourquoi et comment il écrit cela, de me connecter à l’auteur à travers le livre

Céline : est-ce qu’on est si « fascinants » que ça de l’extérieur ?

Fanny : Je vais laisser répondre mes collègues

Céline : donc tu ne te connectes pas à un auteur de littérature classique ??? par exemple

Fanny : Si, mais c’est plus difficile pour ceux qui ne sont plus vivants par exemple. Lol. Faudrait que j’essaye la table ou la Ouija !

Céline : Danièle ?

Dany : j’aime bien mettre en perspective un roman dans la bibliographie d’un auteur et en discuter avec lui, faire des rapprochements sur une même thématique entre plusieurs romans, une même thématique vue par auteurs différents… parler des adaptations ciné ou tv avec ceux qui font aussi dans cette branche, mettre un visage et une personnalité derrière une écriture et faire des découvertes. C’est comme ça que j’ai eu envie de lire une certaine Céline …

Céline : oui, je comprends. Mais tu y passes tellement de temps… avec les ITW par exemple, tu pourrais te contenter d’aller à la rencontre des auteurs en salons, non ?

Dany : le temps je l’ai, je comble une frustration du temps où je bossais et que je ne lisais qu’un titre en 3 semaines. L’ITV c’est un rdv privilégié, on choisit son interlocuteur avec qui on a un minimum de points communs.

Fanny : Sur les salons il y a parfois beaucoup de monde, moins évident pour prendre le temps.

Geneviève : Ce que tu veux savoir c’est pourquoi on aime échanger avec d’autres lecteurs et lectrices ? Eh bien au départ c’est la lecture et l’envie de partager celle-ci avec d’autres.
Et c’est surtout une histoire de passion.
Je ne sais pas écrire, mais lire oui. Alors être passeur d’émotions à travers mon ressenti et aussi vos interviews c’est que de bonheur.

Céline : OK, je comprends, merci pour vos réponses.

Fanny : Bon, une toute dernière question, si tu veux être libérée…

Céline : vas-y Fanny

Fanny : Peux-tu nous donner juste un indice, un seul mot sur ton livre terminé  stp stp stp stp

Céline : oui. J’avais le sujet des défis adolescents dans la tête, je voulais l’exploiter depuis un moment

Fanny : Intéressant !

Céline : mais je n’avais pas le scénario, et là, je l’ai trouvé ! Donc il traite de ce thème et d’une vengeance qui a lieu 20 ans plus tard : deux temporalités, 20 ans plus tôt et maintenant

Fanny : Génial ! Vivement sa sortie ! Merci, c’est plus qu’un mot donc j’appelle la cheffe pour mettre fin à cette GAV !

Céline : un grand MERCI à vous toutes !

Fanny : Un grand merci à toi

Céline : A très bientôt !

Fanny : Fin de la GAV Danièle ? La cheffe n’est pas dispo.

Céline : alors, que décides tu ?

Dany : Eh bien oui je crois que l’auteure a répondu sincèrement et que dans notre intérêt à tous, il est urgent qu’elle continue … A bientôt à Carbonne …

Fanny : Tu es donc libre officiellement !

Céline : super ! ravie de t’y croiser !

Fanny : A bientôt dans le nord !

Céline : merci, je retourne à mes corrections !!!

Geneviève : Si si je suis là !
Et je tiens à toutes vous remercier. Merci pour ces beaux échanges. Pour ce temps pris sur votre temps

Céline : merci !

Geneviève : Merci les flingueuses et merci Céline. Encore plus envie de te rencontrer maintenant

Céline : ça viendra !

Dany : SMEP

Geneviève : Oui chez moi en plus. Je vais voir si….

Céline : Yes. Je vous laisse ! A très vite

Geneviève : Maintenant qu’on t’a libérée pense à te soigner et à prendre soin de toi

Céline : Je suis en train de prendre un Doliprane !!!

Geneviève : Dany je crois que l’on peut déclarer cette 4e audition terminée.

Merci voilà une Garde à vue menée de main de maîtresse !

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s