Nos regards se sont croisés, la scène de la rencontre avec l’animal de Pierre Schoentjes

Le jour décalé sur Collectif Polar, la suite

Le livre : Nos regards se sont croisés, la scène de la rencontre avec l’animal de Pierre Schoentjes. paru le 22 avril 2022 aux éditions Le mot et le Reste  dans la collection  » Critiques sociales »; 17€ ; (164 pages.) ; 21 x 15 cm.

4ème de couverture :

Si on excepte les animaux de compagnie, les bêtes sont absentes de la vie quotidienne dans les sociétés occidentales prospères. Or, c’est aussi par le contact direct avec les animaux que nous nous définissons comme humains, par la compréhension de ce qui nous lie à eux et ce qui nous différencie. Cet essai interroge ce lien intime à partir d’une scène présente dans nombre de textes littéraires : la rencontre entre animaux humains et non humains. Basé sur une vaste enquête qui explore le champ littéraire du dernier siècle, ce livre s’efforce de dégager la manière dont l’écriture fait écho à l’empathie qui s’exprime envers les animaux et notamment à l’importance des rencontres comme déclencheurs d’un engagement fort en faveur des droits des animaux et de l’écologie au sens large.

 

L’auteur : Pierre Schoentjes enseigne la littérature à l’Université. Spécialiste de l’ironie et de la représentation littéraire de la guerre, il interroge la littérature des XXe et XXIe siècles dans une perspective européenne. Poursuivant ses recherches sur les rapports entre littérature et environnement, il a publié en 2020, chez José Corti, Littérature et Ecologie : le mur des abeilles. Il a également fait paraître une étude sur le premier écologiste de la littérature française : Ecrire la nature, imaginé l’écologie : pour Pierre Gascar.

 

Extrait : 

« Or, c’est aussi par le contact direct avec les animaux que nous nous définissons comme êtres humains, en prenant conscience de ce qui nous lie à eux et de ce qui nous différencie. Notre enquête s’efforce d’interroger ce lien avec les animaux, devenu plus ténu au fil du temps, à partir d’une scène particulière : celle dans laquelle le regard d’une femme ou d’un homme s’attache à celui d’une bête, la confrontation muette et immobile qui rapproche brièvement mais avec une intensité particulière un animal humain est un animal non humain.

 Ce topos de la rencontre les yeux dans les yeux, décliné depuis longtemps aussi bien par la littérature romanesque que par des témoignages, prend aujourd’hui une valeur particulière. »

 

 

Les missives de Fanny H

Nos regards se sont croisés, la scène de la rencontre avec l’animal de Pierre Schoentjes.

Nos regards se sont croisés, la scène de la rencontre avec un animal est un essai qui s’intéresse à la période fin 19ème jusqu’à aujourd’hui.  Il est constitué de textes, de témoignages sur la nature, l’approche, la relation avec les animaux domestiques ou non domestiques et l’écologie en toile de fond. Ces écrits proviennent de divers horizons, aussi bien italiens, allemands, suédois, etc. Comme l’auteur nous l’indique, il fait référence à de nombreux ouvrages notamment Leurs yeux se rencontrèrent de Jean Rousset. Il faut donc retenir une évolution entre les écrits plus anciens et actuels. Même parmi les auteurs de polar, nous pouvons retrouver l’apparition d’un animal (Glaise de Franck Bouysse). En général, il s’avérerait que les auteurs ont donné une place importante à la rencontre animale au sein de leurs romans. Certains se sont même intéressés aux poissons. Surprenant, mais il faudrait sans doute les voir autrement que dans l’assiette et personnellement, j’avoue que j’en suis incapable.

Nos regards se sont croisés commence par une ouverture. Cet essai s’évertue à rassembler les réponses aux questions que certains d’entre nous peuvent se poser sur la relation Homme/animal. Il est fort intéressant de voir s’opposer parfois deux avis, ils nous amènent à effectuer une introspection. Regardons-nous réellement un animal ? Ou laissons-nous nous dominer par ce que l’on nous a transmis et appris à travers les siècles ? L’humain « s’appuie sur ses connaissances physiologiques » et pense parfois tout savoir, mais il a tant de choses à apprendre encore et en particulier sur le monde du règne animal. En aura-t-il le temps avant sa propre extinction ?

L’auteur cite : « Un échange les yeux dans les yeux avec un animal est toujours l’occasion d’une interrogation. » A mon avis, il peut y avoir une autre interprétation que cette surprise ou ce questionnement. Il peut y avoir une connexion qui se soit créée bien avant la rencontre et une forme de reconnaissance mutuelle lors de celle-ci. Pour l’être humain : je me promène dans la forêt, j’ai vu tes traces dans le sol, je sais que je peux te rencontrer d’un moment à l’autre. Pour l’animal : j’entends le bruit que tu fais, je sens ton odeur de très loin, je sais que tu es sur mon domaine et que je peux tomber sur toi au détour d’un fourré. Dans un extrait de L’homme chevreuil de Geoffroy Delorme, il est question de l’appel de la forêt.

Pierre Schoentjes écrit sur la douleur partagée par les yeux auprès de trappeurs, comme l’histoire d’Archibald Belaney, trappeur de son état qui changea complètement et se mit à défendre ardemment la faune. Que s’est-il passé ? A-t-il croisé le regard d’un animal ? S’est-il vu sonder à son tour ? Ou a-t-il reconnu tout simplement le reflet horrifique de sa propre âme dans la noirceur de la pupille ? Il est aussi question de chasseurs qui, après avoir plongé leur regard dans celui de l’animal, ont enfin compris le respect de la vie et la souffrance causée. Sans doute sont-ils bien trop peu à mon avis…

Selon les notes de l’auteur, les uns disent qu’il ne faut pas regarder un animal dans les yeux et les autres affirment le contraire, que c’est la seule façon de voir ce qu’il va faire et personnellement, par expérience, je suis tout à fait d’accord avec le second avis.

Pierre Schoentjes évoque également la complexité des rapports entre l’homme et l’animal. Chaque animal est différent même au sein d’une seule race.

Nos regards se sont croisés m’amène une réflexion plus profonde, plus complexe. C’est une enquête qui tend avant tout à nous rappeler ce lien indescriptible qui nous lie avec les animaux, cette intensité si forte lorsque nous les croisons, au cours de LA rencontre, cette rencontre, unique et magique.
(Les mots que vous lirez en italique sont issus de cet essai).
A lire au calme, posé, afin de philosopher et d’ouvrir son regard pour se retrouver les yeux dans les yeux avec le monde animal ou face à son propre animal intérieur.

 

(Merci à Margot des éditions LE MOT ET LE RESTE).

 

5 réflexions sur “Nos regards se sont croisés, la scène de la rencontre avec l’animal de Pierre Schoentjes

Vous avez la parole, laissez un commentaire, ça fait toujours plaisir.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s